maxresdefault

L’épopée publicitaire de la viande 

La « viande », signe de richesse à une époque, pointée du doigt face à la consommation jugée trop abondante aujourd’hui a, au cours des dernières décennies véhiculé différents ...

La « viande », signe de richesse à une époque, pointée du doigt face à la consommation jugée trop abondante aujourd’hui a, au cours des dernières décennies véhiculé différents types de discours pour toujours plus séduire le consommateur. De la viande santé à la viande plaisir, voyons comment les marques de viande ont fait évoluer leurs discours publicitaires :

On vous prévient, ça ne rajeunit pas toujours !

Nous commençons notre grande épopée par l’époque où la viande sous-vide est désormais commercialisée dans les supermarchés… Et à cette époque, on tente de rentrer dans le frigo des français en leur proposant une consommation quotidienne de viande pour diverses raisons.. la première, parce que ça rend beau.. et fort…

Pour garder la ligne, mangez de la viande rouge

Des fraises pour les femmes enceintes ? Non, de la viande.

La viande rend tellement fort et beau qu’elle vous rendra fort.

Que la force soit avec vous. 2003

Fort, comme un cowboy.

La viande vous donnera trop de punch, peu importe votre âge !

Les craintes liées à la qualité de la viande, la crise de la vache folle dans les années 90 poussent ensuite les publicitaires à orienter leur discours sur la qualité de la viande, son origine, la traçabilité. La communication est très orientée produit notamment sur la tendreté de la viande :

La viande française !

La meilleure des viandes, on en prend soin.

Plus on en sait, mieux c’est.

Mon boucher a tranché.

On insiste sur la traçabilité des produits.

Cocorico !

Puis on fait comprendre au consommateur que cela permet de donner une bonne éducation à vos enfants et qu’il est essentiel de manger de la viande. L’orientation des discours publicitaires sont désormais plus portés par des valeurs sociétales, familiales.

Tous les jours !

Le goût au quotidien, c’est essentiel, la viande c’est donc essentiel.

Servez de la viande à vos enfants, ils vous obéiront.

En plus, c’est si facile pour eux de manger de la viande.

Le classique « jambon-purée-télé ».

Si vous n’arrivez pas à les éduquer, vous pouvez « dresser » vos enfants en les appâtant.

La viande, ça permet de bien grandir, comme il faut.

La viande, c’est important pour vos enfants, et votre mari.

Ne pas lui donner de viande, c’est dangereux.

Il en manque un morceau.

Ensuite, on fait en sorte de déculpabiliser le consommateur, il aime la viande, grand bien lui fasse, car la viande après tout, c’est la vie.

Version Hippopotamus.

L’effet détente…

Et on ne peut pas y résister :

J’aime la viande.

Qu’est-ce qu’on a mal fait ?

C’est instinctif :

L’instinct carnivore 1/2.

L’instinct carnivore 2/2.

La viande, c’est irrésistible :

« Micheeel ? »

« Mmmh Charal »

Même pour les végétariens

Chaque jour, des végétariens disparaissent.

Objet de mes désirs.

La viande, c’est ce que l’homme a fait de mieux avec le feu

Le St Grâal.

Reste à savoir aujourd’hui, avec la prise de conscience massive de la part des consommateurs que la viande est aujourd’hui surconsommée, quels vont être les discours désormais adaptés de la part des marques de viande ?

Vont-elles continuer de prôner un discours épicurien car la vie est trop courte pour ne pas en profiter ? Ou bien vont-elles pousser le consommateur à en consommer moins, mais mieux ?

BONUS
Bonus Viandox !

Bonus Seb !

Lire aussi